Retour à la liste d'infos générales

Santé dans le monde...Rapport de l'OMS

       Santé mondiale : l’année 2011 en bref, d’après un rapport de l’OMS

 

                                                   

 

 
                                            Journée mondiale de la santé : rétrospective 2011

 L’Organisation mondiale de la santé dresse un bilan des principaux faits qui ont marqué le secteur de la santé publique dans le monde.

Baisse du taux de mortalité et des infections par le sida, la tuberculose et le paludisme, la mise en place d’un programme d’action mondial contre les maladies non transmissibles, une aide à la population libyenne et au gouvernement japonais suite au séisme de Fukushima, campagne pour lutter contre la pharmacorésistance... autant de faits qui ont marqué le secteur de la santé publique en 2011. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) dresse le bilan.

 

Santé de la femme et de l’enfant
L’OMS insiste sur l’importance d’assurer le compte rendu, la surveillance et la responsabilisation en matière de santé de la femme et de l’enfant au niveau mondial pour garantir que les ressources sont utilisées au mieux. La Commission de l’information et de la redevabilité pour la santé de la femme et de l’enfant, coprésidée par le directeur général de l’OMS, Margaret Chan, et le secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications, Hamadoun Touré, a ainsi appuyé la stratégie mondiale du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. Obtenir des informations exactes sur les naissances, les décès et leurs causes, tout en assurant le suivi des ressources engagées, est essentiel pour assurer le succès de la stratégie. Un groupe d’experts indépendants sera chargé de fournir régulièrement les informations les plus récentes au secrétaire général jusqu’en 2015.
 

 

Réduire l’usage nocif  de l’alcool
Chaque année, l’usage nocif de l’alcool se traduit par 2,5 millions de décès dans le monde. Le rapport de l’OMS sur l’alcool et la santé vise à réduire cette mortalité en fournissant aux gouvernements d’une centaine de pays des informations sur les niveaux nationaux de consommation d’alcool. Cela les aidera à formuler des politiques dans des domaines-clés tels que la commercialisation de l’alcool et l’alcool au volant.

Aide à la population libyenne

Six tonnes de fournitures médicales de l’OMS ont été envoyées pour répondre aux besoins de santé provoqués par les troubles civils en Jamahiriya arabe libyenne. Ces fournitures consistaient en médicaments essentiels et matériel médical de base pour traiter 50 000 personnes sur trois mois.

Le séisme du Japon
En mars, un séisme a frappé le Japon, suivi d’un tsunami qui a endommagé une centrale nucléaire à Fukushima, au Japon. Des centaines de milliers de personnes ont été évacuées en raison de la catastrophe. L’OMS a collaboré avec d’autres organismes des Nations unies pour aider le gouvernement japonais dans ses efforts pour assurer la sécurité. L’OMS a également fourni rapidement des conseils à la population concernant les effets sur la santé des rayonnements avec, par exemple, des mises en garde contre l’automédication au moyen de sel iodé.

Préserver les traitements médicamenteux
La résistance aux médicaments se généralise et de nombreuses infections ne répondent plus aux médicaments de première intention. À l’occasion de la Journée mondiale de la santé 2011, l’OMS a appelé à une action urgente et concertée visant à ralentir la propagation de la résistance aux médicaments, à en limiter les effets aujourd’hui et à préserver les progrès médicaux pour les générations futures. L’Organisation a publié un nouvel ensemble de politiques visant à aider les gouvernements et les systèmes de réglementation pharmaceutique à recenser les mesures efficaces pour combattre la pharmacorésistance.

Vaccination
La semaine de la vaccination protège les gens contre des maladies comme la diphtérie, les hépatites A et B, la rougeole, les pneumococcies, la poliomyélite, les infections à rotavirus et le tétanos. Pour la première fois en 2011, la semaine de la vaccination s’est déroulée simultanément dans près de 180 pays et territoires. Rien qu’en Afrique, 75 millions d’enfants, d’hommes et de femmes ont été vaccinés contre la poliomyélite dans 22 pays.

Libérer le potentiel des personnes handicapées
Le premier rapport mondial sur le handicap a mis au jour certains des obstacles auxquels se heurtent plus d’un milliard de personnes handicapées dans leur vie quotidienne. Le rapport encourage les gouvernements à accroître leurs efforts pour faciliter l’accès aux services de santé généraux et investir dans des programmes afin de libérer le potentiel des personnes handicapées.

La pratique de sage-femme

Le premier rapport sur la pratique de sage-femme dans le monde en 2011 a souligné la pénurie de sages-femmes qualifiées dans de nombreux pays à faible revenu. Le rapport a mis en lumière la nécessité de former et de déployer davantage de sages-femmes dans toutes les parties d’un pays – et en particulier dans les zones rurales et isolées – afin d’atteindre les objectifs mondiaux d’amélioration de la santé de la mère et du nouveau-né.

La première Journée mondiale contre l’hépatite

Près d’un million de décès par an sont attribués aux différentes hépatites virales. La première Journée mondiale contre l’hépatite, célébrée en 2011, avait pour but d’accroître la sensibilisation et de mieux faire connaître l’hépatite virale et les pathologies qu’elle entraîne. Elle a offert la possibilité de montrer l’importance d’une riposte mondiale à la maladie et de renforcer la prévention – par exemple en développant la couverture du vaccin contre l’hépatite B.

Combattre les maladies non transmissibles
Trente-six millions de personnes meurent chaque année de maladies non transmissibles (MNT), telles que les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux, le diabète, le cancer et les pneumopathies chroniques. Beaucoup de ces décès surviennent chez des personnes de moins de 60 ans, 90 % des décès prématurés par MNT survenant dans des pays à revenu faible ou moyen. À l’occasion de la Réunion de haut niveau des Nations unies sur les maladies non transmissibles, l’OMS a cartographié la situation pays par pays et publié une étude sur les solutions peu coûteuses que les pays à faible revenu pourraient mettre en œuvre.

Pollution atmosphérique
D’après une compilation des données de l’OMS sur la qualité de l’air, la pollution de l’air (pollution atmosphérique et pollution de l’air à l’intérieur des locaux) menace la santé des populations de nombreuses villes. Ces informations comprennent des données sur la qualité de l’air provenant de près de 1 100 villes dans 91 pays, et notamment des capitales et des villes de plus de 100 000 habitants.

 

Les inégalités en santé                                                                                                                                                   L’état de santé d’un individu est en grande partie déterminé par sa situation socio-économique. Dans les pays à faible revenu, l’espérance de vie moyenne est de 57 ans, alors que dans les pays à revenu élevé elle est de 80 ans. Lors de la Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé, qui a eu lieu en octobre 2011, les représentants de plus de 100 pays ont cherché les moyens de combattre les causes profondes des inégalités en matière de santé.


La tuberculose
L’OMS a signalé, dans le rapport 2011 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde, que le nombre de personnes décédant de la tuberculose était tombé à son niveau le plus bas depuis dix ans. Toutefois, ces progrès sont menacés du fait du manque de fonds, notamment dans le domaine de la lutte contre la tuberculose résistante aux médicaments.

Le paludisme

Les taux de mortalité par paludisme ont chuté de plus de 25 % au niveau mondial depuis 2000. Toutefois, des mesures doivent être prises dès maintenant pour maîtriser la propagation des parasites résistants. Le monde risque de perdre son traitement le plus puissant contre le paludisme si des mesures ne sont pas prises rapidement pour éviter la propagation des parasites résistants aux médicaments.


Réformes  de l’OMS pour un avenir sain
L’ampleur et la nature des défis auxquels est confrontée la santé publique ont considérablement évolué depuis la création de l’OMS en 1948. Afin de mieux armer l’Organisation pour faire face à ces problèmes, une série de réformes relatives à la fixation des priorités, à la gouvernance et à la gestion ont été proposées au Conseil exécutif et ont fait l’objet d’un large accord.
(Source : OMS)

Retour en haut