Retour à la liste d'infos générales

SYRIE: drame humanitaire.

 Plus de 300 civils, dont 101 enfants, ont péri en 2014 en Syrie en raison du manque d'aliments et de médicaments dans les régions assiégées par le régime, notamment près de Damas, selon une ONG.

       Un homme porte une enfant lors d'un bombardement de l'armée syrienne sur Alep. - Baraa Al-Halabi - AFP

 
"L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a documenté la mort de 313 civils depuis le début de l'année et jusqu'à la nuit du 26 décembre, due au manque de denrées alimentaires et de médicaments en raison du siège imposé par les forces du régime à leurs régions", a indiqué l'ONG samedi.
Parmi eux figurent 101 enfants et 34 femmes, selon l'OSDH, précisant que la majorité ont péri dans la Ghouta orientale, région de la province de Damas soumise à un siège impitoyable depuis un an et demi.

"La poursuite du siège de nombreuses régions syriennes, en particulier la Ghouta orientale où vivent des milliers de citoyens, est une violation flagrante de la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu 2139" qui appelle à la livraison d'aides aux régions qui en ont besoin. La poursuite du siège de la Ghouta et du quartier de Waer dans la ville de Homs (centre) est "un crime de guerre", a souligné l'ONG.

La Ghouta orientale est considérée comme l'un des principaux bastions de la rébellion contre le régime de Bachar el-Assad. Quant au quartier Waer, il est le seul secteur encore tenu par la rébellion à Homs et accueille plus de 150 000 personnes dont de nombreux déplacés et rebelles ayant fui d'autres zones de Homs tombées aux mains du régime.

 

Plus de 200 000 personnes ont été tuées depuis le début de l'insurrection anti-Assad en mars 2011. Le 19 décembre 2014  l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait estimé que la guerre civile dans le pays a fait un million de blessés, ajoutant que la pénurie de médicaments et de fournitures médicales constituait un facteur de propagation des maladies.

"Des pathologies comme la typhoïde ou l'hépatite progressent en Syrie en raison de la baisse du taux de vaccination qui est passé de 90% avant le début du conflit à 52% cette année et en raison du manque d'eau propre à la consommation", avait souligné l'OMS.

 

 

 

L'année 2014 a été dévastatrice pour les enfants, dénonce l'Unicef

En Syrie, l'Unicef estime que plus de 7,3 millions d'enfants sont affectés par la guerre civile. Ici, un enfant évacue une petit fille après un bombardement à Alep, en avril 2014. REUTERS/Stringer/Files


"Jamais dans l'histoire récente autant d'enfants n'ont été soumis à une telle et épouvantable brutalité".



 

Selon l'UNICEF 2014 est une "année dévastatrice" pour les enfants

15 millions de mineurs pris dans les conflits en République centrafricaine, en Irak, au Soudan du Sud, en Syrie, en Ukraine et dans les territoires palestiniens.

Anthony Lake, directeur général du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), souligne dans un communiqué que l'enchaînement des crises fait en outre oublier les situations tragiques que connaissent des pays comme l'Afghanistan, la République démocratique du Congo, le Nigeria, le Pakistan, la Somalie, le Soudan ou le Yémen.

Au total, l'Unicef évalue à 230 millions le nombre d'enfants vivant dans des pays ou des régions affectés par des conflits armés.

"Des enfants sont tués alors qu'ils étudient en salle de classe ou dorment dans leur lit. Ils perdent leurs parents, ils sont enlevés, torturés, recrutés, violés et même vendus comme esclaves. Jamais dans l'histoire récente autant d'enfants n'ont été soumis à une telle et épouvantable brutalité", déclare Anthony Lake.

Des menaces importantes à la santé et au bien-être des enfants sont également apparues cette année, à commencer par l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola en Afrique de l'Ouest, qui a fait des milliers d'orphelins et prive d'école quelque cinq millions d'enfants.

"La violence et le traumatisme font plus que nuire à ces enfants, ils sapent la force de nos sociétés", estime le directeur général de l'Unicef.

 

En République centrafricaine, où un cinquième de la population a été déplacée par les violences, 2,3 millions d'enfants sont affectés par le conflit et on estime que jusqu'à 10.000 d'entre eux auraient été recrutés par des groupes armés au cours de l'année écoulée, dont 430 ont été tués ou mutilés.

Dans la bande de Gaza, 538 enfants ont péri et 3.370 autres ont été blessés pendant les cinquante jours de conflit entre le Hamas et Israël l'été dernier.

En Syrie, l'Unicef estime que plus de 7,3 millions d'enfants sont affectés par la guerre civile, dont 1,7 million qui ont fui le pays. En Irak, ils seraient 2,7 millions affectés par les violences, dont 700 auraient été tués ou mutilés cette année. "Dans ces deux pays, les enfants ont été les victimes, les témoins ou même les auteurs d'une violence de plus en plus extrême et brutale", relève l'organisation.

Au Soudan du Sud, 750.000 enfants ont été déplacés par les combats et 320.000 vivent dans des camps de réfugiés. Plus de 600 enfants y ont été tués et plus de 200 mutilés cette année, alors qu'environ 12.000 au total sont au service de groupes armés.

 

 

Retour en haut